Catégories
Games High Tech

Sony Ericsson marie console de jeux et smartphone

Le fabricant veut se différencier d’Apple en misant davantage sur le divertissement.

La grande révélation de 2011 tant annoncée par Sony Ericsson sera-t-elle le Play Station Phone ou l’Xperia Play ? Les questions entourant l’objet révolutionnaire attendu chez Sony Ericsson portent désormais davantage sur son nom que sa nature. Il semble en effet acquis que ce sera un hybride de téléphone portable et console de jeux vidéo. Ou une console de jeux portable, très inspirée de la PSPgo, permettant de téléphoner. L’objet sera très probablement dévoilé en février.

La marque de téléphonie s’est toujours appuyée sur les technologies de Sony, avec le mobile Walkman, dès 2005, puis la photo. Elle s’attaque désormais au jeu, autre point fort de Sony avec sa PlayStation et sa PSPgo et aux divertissements avec la plate-forme Xperia. Donner un accès au monde multimédia et aux loisirs fait partie de ses axes principaux de développement, tout en «innovant sans copier », comme le souligne Pierre Perron, le directeur général France de Sony Ericsson.

Pour Sony Ericsson, l’enjeu est double. Comme la plupart des acteurs historiques de la téléphonie mobile, Sony Ericsson accuse un certain retard face à l’iPhone d’Apple et cherche à mettre en place une concurrence efficace dans le marché des smartphones. Le nippo-suédois veut d’ailleurs doubler sa part de marché dans ce domaine en 2011, pour la porter à 10 % dans le monde.

En outre, il lui faut défendre la place de Sony dans le domaine des jeux vidéo face à la montée en puissance des jeux très simples sur smartphones. Angy Birds est d’ailleurs une des applications les plus chargées au monde. Le nouveau téléphone de Sony Ericsson permettra au contraire de télécharger en WiFi des jeux plus sophistiqués, mais aussi plus chers et probablement utilisables dans tous les environnements Sony (ordinateur, console de salon et téléphone).

Fidéliser les utilisateurs
Le développement d’un Xperia Play permettrait aussi au groupe de générer des revenus supplémentaires, issus du téléchargement de jeux en ligne. Et ce alors même que les ordinateurs sont de moins en moins utilisés pour des usages multimédias ou récréatifs, au profit des téléphones. Les moins de 25 ans utilisent déjà davantage leur mobile pour envoyer des mails que leur ordinateur. Les jeux vidéo pourraient suivre. Plutôt que de voir ses clients migrer vers d’autres marques, Sony et sa filiale ont tout intérêt à leur apporter des réponses en interne. Cela s’inscrit aussi dans sa volonté de voir «converger» les différents produits de sa gamme et de permettre à ses clients d’évoluer au sein de son propre écosystème.

Toutefois, Sony Ericsson ne devrait pas lancer sa propre tablette, ne voulant pas être le «xième» entrant sur ce marché. Et aussi faute d’avoir trouvé un produit suffisamment différenciant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *