Catégories
Le Web

Google cible les jeunes utilisateurs de terminaux mobiles

Le géant Google vient d’annoncer toute une série d’améliorations de son moteur. Dans d’autres industries, on dirait simplement qu’il vient de faire une OPA sur la recherche.

Temps réel, résultats instantanés, dérégulation des adWords : Google montre qu’il est encore leader de la Révolution. Mais derrière le caractère hypnotique d’Instant Search se cachent des enjeux bien plus grands comme la conquête du web mobile et des jeunes générations. Décryptage.

Nouveau Google, orienté mobile et jeunes générations

L’observation des récentes annonces et évolutions de Google montre la convergence et l’adaptation de son moteur vers deux cibles identifiées :
> cible technologique : le mobile, pour lequel Google a intégré la performance et le temps de chargement des pages dans son algorithme. Pour ce terminal, les données doivent être simplifiées.
> cible humaine : les jeunes, une population qui ne cherche pas ou différemment des générations précédentes. Pour les digital natives, le surf est simplifié.

Convergence. La cible envisagée serait des jeunes utilisateurs qui adoptent – ou adopteront- majoritairement des terminaux nomades (tablettes, smartphones). Car ces nouveaux terminaux séduisent les nouvelles générations sont plus modernes, et disposent de caractéristiques que n’ont pas les ordinateurs (tactiles, dotés d’accéléromètres, avec possibilité de secouer pour obtenir une réaction, etc). Un usage qui va se propager.

Pour preuve de cette quête de la performance, Google vient d’annoncer un format d’image nettement plus réduit : le format webP (pour web picture) qui produirait des fichiers image jusqu’à 40% plus légers que des jpeg ! Une performance qui ne justifie pas au temps des ordinateurs ultrapuissants et des bandes passantes illimitées, mais qui prend tout son sens quand l’on sait qu’en 2015, les terminaux mobiles seront le premier moyen d’accès à Internet, et le premier écran d’affichage de publicité !

Innovation mobile. Google a lancé récemment son site de liens courts Goo.gl, qui propose aux internautes de raccourcir les adresses web, notamment pour Twitter, mais fournit également des statistiques de clic. L’innovation de ce service est de proposer un lien en QR Code, que l’internaute n’aura qu’à “flasher” avec son téléphone portable.

Quel impact sur les sites et le SEO

L’impact est radical. Au-delà des aspects SEO (optimisation pour les moteurs de recherche) et autres ingrédients qui constituent l’algorithme de Google, le moteur a vraisemblablement intégré un critère de performance depuis septembre – date de lancement mondial de Google Instant Search, son système d’affichage instantané des résultats – des sites trop lourds auraient perdu de leur ranking.

Il y a un an, Matt Cutts, ingénieur chez Google et impliqué dans la qualité de la recherche, présentait le projet Caffeine, au cours duquel il expliquait comment réduire le poids des pages de son site et améliorer la performance. Si l’on savait que le poids des pages d’arrivée était déterminant pour les adWords depuis 2008, on peut s’interroger sur l’impact SEO des sites lourds soucieux du référencement.

Pour permettre la meilleure expérience utilisateur, Google met à disposition des développeurs toute une palette d’outils pour accélérer la vitesse de chargement des pages. Le site code.google.com/speed/ a été réalisé pour aider les éditeurs à accélérer leurs sites mais aussi à mieux maîtriser les standards. Comme quoi, en sanctionnant, le moteur aide les créateurs de sites web à adopter les bonnes pratiques !

http://blog.viadeo.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *