Catégories
Actualité Le Web

Sony : 77 millions de comptes évaporés dans la nature

 

Voilà une annonce qui a été accueillie plutôt fraîchement par les mordus de jeux vidéo sur Playstation. Alors que la co-entreprise Sony-Ericsson vient tout juste de sortir son Xperia Play, plus connu sous le nom de Playstation Phone, la firme Sony a reconnu mardi, une semaine après avoir coupé l’accès à ses services en ligne, que les données personnelles de ses 77 millions d’abonnés au Playstation Network et service de musique en ligne Qriocity ont été compromises lors d’une attaque informatique de très grande ampleur.

Après avoir gardé le silence sur les vraies raisons de l’interruption de ses services en lignes, le géant japonais a donc levé le voile sur une sombre affaire d’intrusion informatique.

« Une personne a pu obtenir vos nom, date de naissance, adresse, email, mot de passe et identifiant. Il est possible que les données bancaires des abonnés (adresses de facturation, numéro de carte de crédit) aient également été compromises », a précisé Sony dans un message posté sur son blog mardi soir.

L’attaque qui a eu lieu entre le 17 et le 19 avril a poussé Sony à fermer tous ses services en ligne pendant de nombreux jours. Après avoir initialement affirmé que le service reprendrait sous un ou deux jours, le groupe japonais parle désormais d’une semaine pour être en mesure de résoudre le problème. L’affaire est jugée suffisamment grave pour que la firme nippone conseille à tous les utilisateurs de ses services en ligne d’avertir leur banque, et de suivre de très près l’évolution de leur compte.

Dans un premier temps, c’est le groupe Anonymous qui a été désigné. Le collectif s’en était pris à Visa et Mastercard pour défendre WikiLeaks l’hiver dernier etavait récemment annoncé qu’il allait viser Sony, pour protester contre la politique générale du groupe (sur ses relations avec les développeurs, les hackers et l’émulation, entre autre). Mais le groupe a répondusur son blog : «Pour une fois, ce n’est pas nous.»

Les retombées économiques pour Sony sont encore difficiles à mesurer. Aux Etats-Unis, selon le degré des dégâts, il ne serait pas surprenant de voir des class-actions (plaintes en recours collectif) lancées contre le groupe japonais. Sony «évaluera les actions à mettre en place lorsque le service sera restauré», a priori d’ici une semaine.

Catégories
Le Web

Censure : Ammar vous protègera de la 404

L’ATI qui a nié être Ammar 404, veut le devenir maintenant. Moez Chakchouk, nouveau PDG de l’ATI vient d’annoncer, sur Twitter, une nouvelle fracassante.

En effet, un nouveau site web, ammar404.tn, est en cours de construction à l’ATI. Il servira probablement de plateforme de dialogue entre l’agence et la communauté Internet tunisienne. Slim Amamou propose, avec humour, que le site serve à « déclarer les infractions à la liberté d’expression et la neutralité du net par les FAI ».

Le contenu du site n’est pas encore établi parait-il, l’idée est toute récente. Il s’agit de « transformer ce symbole négatif » précise Chakchouk. Ammar ne disparaitra donc pas, mais au-lieu d’imposer la 404, il va la combattre !

Rappelons qu’au lendemain de la révolution et durant pres de deux semaines, il ne restait plus que le contenu « pornographique et incitant à la haine et à la violence » qui était censuré. Depuis, aucun site n’est bloqué et l’ATI a même mis à la disposition des internautes une adresse mail pour reporter les éventuelles plaintes. Ammar a depuis perdu toute forme d’existence.

Catégories
Actualité Le Web Logiciel

Le cofondateur de Microsoft s’en prend à Bill Gates

Dans un livre à paraître aux États-Unis, Paul Allen évoque la face cachée de son partenaire, qu’il accuse d’avoir cherché à diluer il y a près de trente ans sa participation dans Microsoft.

Paul Allen n’est pas à plaindre.
Classé parmi les hommes les plus riches du monde, avec une fortune estimée à 13 milliards de dollars, le cofondateur de Microsoft passe le plus clair de son temps à veiller sur ses clubs de football américain et de basketball, à jouer dans son groupe de rock (il a dépensé 750.000 dollars pour récupérer la guitare sur laquelle Jimmy Hendrix a joué à Woodstock), à étoffer sa collection d’avions de chasse et à gérer ses dizaines d’investissements dans des sociétés de nouvelles technologies. Pourtant, Paul Allen est amer. Il n’a pas digéré les conditions de son départ de Microsoft, au milieu des années 1980.

Dans un livre à paraître jeudi aux États-Unis, «Idea Man» («Homme d’idées»), Paul Allen fait le récit des années qui ont vu la naissance du géant américain des logiciels. Il s’y décrit comme l’inventeur de l’entreprise, celui qui a eu le premier l’idée d’écrire des programmes pour les ordinateurs personnels en découvrant une couverture du magazine Time de 1974, consacrée à l’Altair 8800, un des premiers micro-ordinateurs. Son partenaire Bill Gates, négociateur hors-pair caché derrière un visage d’adolescent, était le génie commercial de Microsoft, celui qui percevait que les logiciels devaient bientôt être vendus en magasins, comme les disques.

«Ils complotaient pour m’arnaquer»
Très tôt, le rapport entre les deux partenaires a pourtant été déséquilibré. Jugeant avoir accompli une plus grande partie du travail de programmation chez Microsoft, Bill Gates a commencé par s’octroyer 64% des parts de l’entreprise. Puis, en décembre 1982, Paul Allen raconte l’avoir surpris complotant avec un camarade de Harvard Steve Ballmer, aujourd’hui directeur général de Microsoft, pour «chercher la façon dont ils pourraient diluer [ses] parts» dans l’entreprise. Très affecté, Paul Allen décide peu après de quitter l’entreprise. Mais il conserve ses actions et demeure au conseil d’administration. Le succès de Microsoft, introduit en Bourse en 1986, fera sa fortune.

Cette discussion entre Gates et Ballmer a été vécue comme une trahison par Paul Allen, qui se battait à l’époque contre la maladie de Hodgkin, une forme de cancer. «J’avais aidé à fonder la société et restais un membre actif de la direction, même si j’étais limité par ma maladie, et mes collègues complotaient pour m’arnaquer», écrit-t-il dans son livre. «Ce n’est pas une revanche, je devais raconter cette part importante de l’histoire des nouvelles technologies», a-t-il expliqué dimanche soir, très ému, dans un entretien accordé à l’émission de télévision 60 Minutes.

«Un lien entre nous deux»
Cette version ne fait pourtant pas l’unanimité. Proche de Microsoft à l’époque, l’analyste Rob Enderle a accusé Paul Allen de réécrire l’histoire. La discussion entre Gates et Ballmer visait à garder le contrôle de l’entreprise s’il venait à décéder, a-t-il affirmé dans une tribune publiée fin mars. Interrogé sur le sujet, Bill Gates n’a pas souhaité entretenir de polémique. Dans un communiqué, il a dit souhaiter que son ancien partenaire reçoive davantage de crédit pour le succès de l’entreprise. «Il y a un lien qui ne peut pas être délié entre nous», admet Paul Allen, qui a reçu plusieurs visites de Bill Gates en 2009, lorsqu’il luttait à nouveau contre un cancer.

Les deux amis d’enfance sont au moins d’accord sur un point : leur histoire se répète. Tous deux voient aujourd’hui beaucoup de similitudes entre le scénario de la naissance de Microsoft il y a plus de trente ans et celui de Facebook aujourd’hui. «J’ai eu comme un flashback lors des premières minutes du film The Social Network» lors de la création du réseau social, a raconté Paul Allen au magazine Wired. La semaine dernière, Bill Gates, reconverti dans l’action humanitaire, disait avoir «l’impression de se revoir» en suivant le parcours du jeune Mark Zuckerberg. Un parcours lui aussi marqué par une réussite spectaculaire et par des accusations de trahison entre associés de la première heure.

Catégories
Actualité High Tech Médias & Satellite Télécommunications

Tunisiana s’apprête à la 4G !

Après le contrat achevé récemment avec Alcatel-Lucent, le premier opérateur privé de télécommunication, Tunisiana, s’apprête à la 4G.

Dans une déclaration à notre confrère « Tunisiehautdebit » M. Hatem Mestiri, directeur technique chez Tunisiana, a précisé qu’« Alcatel a été choisie pour le transport en IP et pour les couches d’agrégation IP pour véhiculer le trafic 3G, ou demain la LTE (plus connu sous le nom de 4G) ».

A noter que la transformation tout-IP permettra à Tunisiana d’assurer un transport optimal d’une grande quantité d’informations en 2G et en 3G, voire en LTE. Elle bénéficiera également d’une évolution accrue en réduisant ses coûts d’exploitation et la complexité de son réseau.

Catégories
Le Web Logiciel

Gare aux applis «Qui regarde mon profil» sur Facebook

Des messages qui promettent aux membres du réseau social de révéler la liste des membres qui consultent le plus souvent leur profil se multiplient sur Facebook.

Le spam sur Facebook se perfectionne. Depuis quelques jours, les membres français du réseau social découvrent des messages indésirables de leurs amis, qui les orientent vers un service promettant de leur révéler la liste des membres consultant le plus souvent leur profil. Ces messages, en apparence anodins, appartiennent à une nouvelle forme de spam, qui se propage entre les utilisateurs du site.

Le système est bien rodé. Un clic sur l’annonce depuis Facebook dirige les internautes vers un site internet hébergé à l’étranger, où il leur est demandé de coller une ligne de code dans la barre d’adresse de leur navigateur Internet et de répondre à un questionnaire de sécurité. Loin de leur fournir la liste attendue des visiteurs de leur profil, cette manœuvre crée un nouvel événement et propage le code malveillant sur les murs des amis de la victime. Et ainsi de suite.

Apparu il y a quelques jours, «ce ver se propage très rapidement», a rapporté un expert de l’éditeur Symantec au nouvelobs.com. En une journée, il a touché au moins 10.000 utilisateurs, indique de son côté le site Zataz. Avec cette arnaque, «le pirate a de quoi se faire une belle base de données d’identités, photos», précise le site spécialisé en sécurité informatique. Pour l’éviter, l’internaute ne doit pas cliquer sur le lien. Il est aussi conseillé de supprimer le message malveillant de son mur et de le marquer comme spam.

Facebook, nouveau terrain de jeu des spammeurs
Après avoir gangrené le mail, les spammeurs ont fait de Facebook leur nouveau terrain de jeu. Ils profitent du manque de vigilance des membres du réseau social pour répandre facilement leurs messages. D’après une récente étude BitDefender, 68% des utilisateurs du site à ne pas avoir conscience des menaces liées aux publications suspectes sur leurs murs. Ainsi, les trois quarts des liens malveillants génèrent au moins 11 clics, estime Symantec.

A ce titre, les applications qui promettent de savoir «qui a le plus consulté mon profil» figurent systématiquement parmi les messages les plus efficaces pour duper les internautes, avec les publicités pour les jeux en ligne et les images et vidéos choquantes. Des déclinaisons de l’arnaque prolifèrent ainsi en anglais, a noté l’éditeur Trend Micro. Facebook rappelle pourtant régulièrement qu’il n’existe aucune application permettant de savoir qui a regardé son profil.

Catégories
High Tech

Samsung pourrait céder ses disques durs

Samsung Electronics envisage de vendre sa division de fabrication des disques durs, a affirmé ce week-end le Wall Street Journal sur son site internet. Le groupe sud-coréen espère céder cette activité déficitaire pour 1,5 milliard de dollars, mais n’écarte pas un accord sous le milliard de dollars, a précisé une source au quotidien économique. Le fabricant américain Seagate figurerait parmi les sociétés intéressées.

La fabrication des disques durs est une activité sous pression, depuis qu’une nouvelle génération d’appareils, ordinateurs ultra-portables ou tablettes tactiles, embarquent plutôt de la mémoire flash comme stockage, rappelle le Wall Street Journal. Samsung occupe 11% de ce marché selon le cabinet iSuppli, derrière Seagate (29%) et Western Digital (près de 50%), largement dominant depuis le rachat en mars des disques durs d’Hitachi pour 4,3 milliards de dollars.

Premier fabricant mondial de mémoires et d’écrans LCD, Samsung Electronics a publié plus tôt ce mois-ci des prévisions décevantes, avec un bénéfice qui devrait baisser d’un tiers sur un an. La vente de son activité de disques durs lui permettrait d’investir dans des domaines plus prometteurs, explique encore le Wall Street Journal.