Catégories
High Tech Logiciel Télécommunications

Apple dévoilera l’avenir d’iOS lors de sa conférence WWDC en juin prochain

Rien ne dit cependant que la pomme présentera le nouvel iPhone 5 même si cet événement est le moment traditionnel où Apple présente ses nouveautés mobiles.

C’est officiel. La prochaine conférence développeurs d’Apple, la WWDC (Worldwide Developers Conference) se tiendra au centre Moscone West de San Francisco du 6 au 10 juin. Pour info, le ticket d’entrée est facturé près de 1600 dollars… (mais l’événement se joue déjà à guichets fermés !).

Rendez-vous important pour la firme, cette conférence est traditionnellement le moment où Apple dévoile sa stratégie pour l’année qui vient.

« Lors de cette conférence de cinq jours, Apple dévoilera l’avenir d’iOS et de Mac OS. Les participants pourront y voir des démonstrations des nouveaux types d’apps que peuvent créer les développeurs à l’aide des frameworks avancés d’Apple et suivre plus de 100 séances techniques animées par des ingénieurs Apple », peut-on lire dans un communiqué..

Reconnaissance vocale et assistance personnelle

« Si vous développez des logiciels pour iOS et Mac OS X, c’est l’événement à ne manquer sous aucun prétexte », a déclaré Philip Schiller, senior vice president of Worldwide Product Marketing d’Apple.

Principale certitude, iOS 5 devrait être tout ou en partie présenté. Et les rumeurs se multiplient déjà. Evolution majeure de l’OS, cette nouvelle mouture pourrait rompre avec le passé avec une nouvelle interface et une nouvelle approche basée sur le cloud et les services Web.

Selon TechCrunch, iOS 5 pourrait également faire la part belle à la reconnaissance vocale et à l’assistance personnelle à travers les technologies de Siri, une start-up rachetée par Apple. Elle a développé un moteur de recherche vocal qui permet d’obtenir des réponses depuis une question formulée oralement. Cette technologie pourrait également être offerte aux développeurs.

Et qui dit nouvel OS, dit nouveau terminal. La WWDC est depuis 2008 le théâtre de la présentation des nouveaux iPhone. Apple n’en parle absolument pas mais certains observateurs pensent que la firme prépare une surprise.

D’autres pensent au contraire qu’Apple ne sera pas encore prêt et que cet iPhone 5 ne sera pas présenté avant l’automne. L’absence de fuites du côté des fabricants chinois de composants renforcerait cette conclusion.

Selon TechCrunch, Apple aurait un peu décalé son calendrier afin d’avoir le temps d’intégrer la dernière puce Qualcomm compatible avec les réseaux 4G américains.

businessmobile.fr

Catégories
Actualité High Tech Logiciel

La nouvelle version du logiciel BlackBerry Desktop Manager 6.1 en approche

La nouvelle version du logiciel de synchronisation des terminaux RIM pourrait arriver sous peu. Elle préfigure la sortie de nouveaux modèles.

Le site Boy Genius Report s’est procuré les premières captures d’écran du BlackBerry Desktop Manager 6.1, le logiciel de synchronisation et de gestion des smartphones canadiens. À en juger par les premières informations, cette nouvelle mouture ne va pas apporter un grand nombre de nouveautés.

Nouveaux modèles

On note par exemple la présence d’une option qui lance automatiquement le logiciel lorsque l’on connecte un terminal. L’existence de ce BlackBerry Desktop Manager 6.1 prouve en tout cas que la sortie des nouveaux modèles se rapproche.

Selon les fuites largement documentées et non démenties, on devrait voir apparaître un Torch 2 avec un processeur plus puissant, un nouveau Curve ainsi qu’un Bold avec clavier physique et écran tactile.

Ils seront tous dotés de puces NFC et de BlackBerry OS 6.1*

Eureka Presse

Catégories
Actualité Economie Finance

Facebook : 600 millions d’acheteurs potentiels

L’ouverture de boutiques au sein du site communautaire est sur le point de transformer le réseau social en galerie marchande. Les commerçants exploitent la taille gigantesque du réseau, où le prix du ticket d’entrée est faible.

Avec plus d’un demi-milliard de membres actifs, Facebook représente une audience colossale. Le réseau social est devenu, en 2010, le site sur lequel les internautes américains et européens passent le plus de temps. Plate-forme de communication, de jeu ou d’information, Facebook pourrait maintenant devenir une vaste galerie marchande, alors que des e-marchands y ouvrent leurs premières boutiques.

Aux États-Unis, le distributeur JCPenney et la compagnie aérienne Delta Airlines ont installé leurs étals sur Facebook. Amazon et Pampers se sont associés pour vendre des couches depuis la plate-forme. En France, La Redoute s’est lancée en février avec une sélection de produits.

Des start-up spécialisées, comme Boosket en France et Payvment outre-Atlantique, surfent sur la vague et proposent des boutiques clés en main aux marques. Accessibles via un onglet «shopping» sur la page Facebook d’une marque, elles permettent à l’internaute de remplir un panier d’achat et de payer sur Facebook, par carte bancaire ou PayPal, ou d’être basculé sur un site d’e-commerce pour finaliser la transaction.

«Les atouts de Facebook sont sa taille et un ticket d’entrée très peu cher pour le marchand, contrairement à une plate-forme de commerce en ligne. Ensuite, avec les mécaniques de recommandation sur le site, une boutique peut-être visible très rapidement», observe Cyril Attias, fondateur de l’agence Influence Digital. Il a réalisé une telle boutique Facebook pour Longchamp. «C’était d’abord un test, pour voir comment démocratiser un achat qui peut être compliqué sur un gros site marchand», explique-t-il.

Sa conclusion : «Facebook n’est pas un canal de vente prioritaire mais complémentaire, c’est un service qu’une marque doit rendre à sa communauté.»

Cibler le profil et les goûts de l’internaute
Cette communauté partage beaucoup de données sur Facebook, précieuses pour la gestion de la relation client. L’agence interactive Nurun a donc développé une application de commerce qui permet à l’internaute d’effectuer tout son parcours d’achat sur Facebook, et surtout de voir des produits correspondant à son profil socio-démographique ou à ses goûts.

«Notre vision est de réutiliser l’expérience e-commerce existante, c’est-à-dire le système d’information et la logistique du marchand, pour ne pas faire double emploi», explique Christophe Cadic, le directeur technique de Nurun et développeur de cette application. «À cela, s’ajoute la gestion de la relation client : à travers l’application, on voit ce que les internautes aiment sur Facebook – une information que Facebook met à notre disposition et que l’internaute accepte de nous transmettre lors du téléchargement de l’application de commerce.»

Mieux, la marque reprend ainsi la main sur un sujet stratégique majeur : «Sur Facebook, les données n’appartiennent pas à la marque. Si demain Facebook change ses conditions d’utilisation, la marque a tout perdu. Sur notre application, tout ce qui s’y passe – les “like” (clics sur le bouton «j’aime» à côté d’un contenu, NDLR), l’ajout de produits, le parcours d’achat – est stocké chez nous. C’est une colossale source d’information», explique Grégory Pouy, directeur des médias sociaux chez Nurun.

Une dernière porte reste à ouvrir : la transformation de près de 600 millions d’utilisateurs en e-marchands. Le terrain était jusqu’ici la chasse gardée du site d’enchères eBay. Mais Facebook pourrait jouer les invités-surprises.

Catégories
Actualité Le Web

Google Books Search stoppé par un juge américain

Google Books est tombé sur un os : le juge Dennis Chin. Ce magistrat, d’origine asiatique, compromet à lui seul les ambitions du géant de l’Internet sur le marché de la numérisation des livres à grande échelle. Il a rejeté l’accord conclu entre Google, les éditeurs et les auteurs américains, qu’il estime contraire au droit d’auteur.

En cause, la disposition qui permet à Google de numériser sans le consentement préalable des ayants droit. Le juge Chin a estimé qu’elle n’était pas « juste, adéquate et raisonnable » dans la mesure où elle fondait Google à numériser d’abord pour « demander la permission ensuite ». Il invite donc Google, les auteurs et les éditeurs américains à réviser les termes de leur settlement.

La stratégie du « filet de pêche » de la société américaine s’effondre. Le géant du Net se dit « surpris » et étudie « la meilleure marche à suivre », la marche arrière étant pour l’instant la seule option juridiquement possible…

Ce n’est pas la première défaite pour Google. En France, le TGI de Paris a déjà condamné, le 18 décembre 2009, le géant du Net à 300 000 euros de dommages et intérêts à propos d’extraits littéraires publiés sur Google Books sans accord des ayants droit. L’appel est en cours.

Catégories
Actualité High Tech Télécommunications

Extension Firefox Mobile 4 : Google Cloud Print disponible pour Android et Maemo

Une extension permet au navigateur Mozilla d’imprimer n’importe quelle page Internet sur une imprimante distante reliée au service cloud de Google.

Pour le moment encore assez discret, le service Google Cloud Print devrait gagner en popularité grâce à une nouvelle extension disponible sur Firefox Mobile 4 pour Android et Maemo.

Impression à distance

Cloud Print permet d’imprimer des documents depuis un terminal mobile en envoyant la commande vers une imprimante reliée à un ordinateur connecté au service cloud.

Une fois installée, l’extension pour Firefox ajoute une icône dans la barre d’outils du navigateur grâce à laquelle on peut lancer la commande d’impression où que l’on se trouve.

Le système fonctionne non seulement avec les services cloud Google Docs et Gmail mais aussi avec n’importe quelle page Internet. (Eureka Presse)

Catégories
Actualité Le Web Logiciel Télécommunications

QuickOffice 4 pour Android

L’application bureautique s’offre de nouvelles fonctions, notamment l’édition de documents PowerPoint et le support du text-to-speech.

Bonne nouvelle pour les utilisateurs professionnels de smartphones Android. La nouvelle mouture de QuickOffice Pro (v4.0) s’étoffe de nouvelles fonctions qui faciliteront le travail quotidien de cette cible.

Partage de fichiers

Principale nouveauté, le support des fichiers PowerPoint en lecture et en édition (.Ppt et. Pptx). On trouve également l’accès Presse-papiers (couper / copier / coller dans app et entre applications), le support de la dictée à entrée vocale, l’amélioration de la barre d’outils, le partage des fichiers à partir d’une-mail, SMS, Bluetooth, l’ajout, la suppression et le renommage des feuilles de calcul dans Excel…

Rappelons que QuickOffice Pro inclut QuickWord (traitement de texte), Quicksheet (tableur), Quickpoint (éditeur PowerPoint), Quick PDF (éditeur PDF) et un gestionnaire connecté de fichiers.

L’application est compatible avec les smartphones et tablettes Android 2.0 et suivants.