Catégories
High Tech Le Web

Tablettes tactiles : Google contre-attaque

Optimisé pour les ardoises numériques, le nouveau système Android 3.0 doit permettre aux concurrents de l’iPad de se mesurer au produit vedette d’Apple. Nous l’avons essayé.

Janvier 2010: Apple crée l’événement en lançant la tablette tactile pour tous, l’iPad. Pris de cours, les concurrents vont se tourner vers le système le plus facile à adapter et le seul capable de rivaliser avec celui d’Apple, Android. Ils ont d’ailleurs simplement repris l’idée d’Apple: transposer sur un écran plus grand une interface conçue à l’origine pour un téléphone. Résultat mitigé. Les tablettes Android signées Samsung, Toshiba et Archos laissent un arrière-goût d’inachevé. D’ailleurs, Google, l’éditeur d’Android, le répète à haute voix: Android n’est pas conçu pour les tablettes de plus de 5 pouces. Il faudra attendre la prochaine version du système.

Mars 2011: Apple sort son iPad 2, plus rapide et mieux équipé. Mais cette fois-ci, les concurrents disposent d’un système spécialement adapté aux tablettes avec la nouvelle version 3.0 d’Android, baptisée «Honeycomb» («nid d’abeille»), relookée par un ancien de Palm. LG, Samsung, Asus, Motorola et les autres tiennent-ils enfin leur revanche? La réponse en détail après une première prise en main.

Plus besoin de boutons
Le grand changement porte sur l’interface: plus fluide, très soignée, avec des effets de transition animés. Premier constat: on est loin de la simpliste grille d’icônes de l’iPad. En appuyant sur le petit signe + en haut de l’écran, on peut personnaliser les cinq pages d’accueil avec des icônes, des photos, des couvertures de livres, des aperçus de vidéos, des vignettes représentant des pages Web, le calendrier, la liste des messages, la barre de lecture audio, etc. Tous ces éléments peuvent donner un aspect un peu fourre-tout à l’écran. Mieux vaut en user avec parcimonie. En appuyant sur Applications, toujours en haut de l’écran, on obtient la grille des applications. Il suffit de maintenir le doigt appuyé sur l’une des icônes pour la placer dans un écran d’accueil.

On note aussi qu’il n’y a plus besoin de boutons physiques pour piloter l’environnement: au bas de l’écran, trois icônes permettent de revenir à la page précédente, d’accéder à l’écran d’accueil et d’afficher les applications ouvertes sous forme de vignettes pour pouvoir passer de l’une à l’autre en un seul geste. À droite, d’autres icônes permettent d’accéder aux réglages de base (luminosité, volume, niveau de batterie, état de la liaison Wi-Fi, etc.). Quand on lance une application, c’est en haut de l’écran qu’apparaît le menu d’options. On remarque au passage que Google a revu le processus de sélection de texte pour effectuer des copier-coller: deux petites flèches apparaissent de part et d’autre, permettant d’ajuster les limites de la sélection.

Films et vidéos en 3D
Autre nouveauté: le clavier, mieux adapté aux écrans des tablettes et plus ergonomique. Au besoin, on peut aussi connecter un vrai clavier physique par USB ou par Bluetooth. Les applications fournies avec Android 3.0 sont également optimisées pour les grands écrans des tablettes. Le navigateur Web permet d’ouvrir les pages dans différents onglets et le mode «navigation privée» de consulter des sites sans laisser de traces dans l’historique.

Le zoom à deux doigts fonctionne aussi bien que sur un iPad et le défilement est agréablement rapide. L’application Appareil photo, entièrement réécrite, donne accès à des modes scènes, à des filtres de couleur et à une multitude d’outils pour régler l’exposition, ajuster la balance des blancs ou choisir la qualité d’image. Ces réglages s’appliquent aussi bien à la caméra frontale qu’à celle située à l’arrière. Android 3.0 propose d’ailleurs une fonction de visiophonie qui, comme sur l’iPad 2, permet de montrer à son correspondant ce que filment les deux caméras. En passant, signalons que Honeycomb sait aussi gérer des films et des photos 3D, à la fois en enregistrement (ce que propose par exemple la LG Optimus Tab) et en lecture.

Applications compatibles
Même remise à niveau pour l’application de messagerie qui regroupe d’un côté les boîtes aux lettres et de l’autre la liste des messages. On affiche le contenu d’un courrier en appuyant sur son intitulé. Le menu d’options permet de déplacer les messages ou d’en supprimer plusieurs à la fois. Enfin, l’Android Market se simplifie et devient plus agréable à utiliser.

Officiellement disponible dans les semaines qui viennent, ­Android 3.0 pourra théoriquement être installé sur les tablettes qui utilisent actuellement la version 2.0 comme la Galaxy Tab ou l’Archos 101.

Par ailleurs, les applications conçues pour les smartphones Android restent compatibles avec Android 3.0 et s’afficheront en plein écran sur les tablettes équipées de Honeycomb.