Catégories
Actualité High Tech Le Web

Ces 70 degrés qui font vendre des MacBook

Une chose est sûre : Apple a toujours su s’y prendre pour séduire ses possibles consommateurs. Mais de là aller incliner les écrans de ses MacBook selon un angle bien précis, vous y auriez pensé ?

70 degrés. Voici à quel angle vous trouverez incliné l’écran de chaque MacBook à l’ouverture de n’importe quel Apple Store chaque matin. Equipés d’une application iPhone (peut-être bien celle-ci), les employés ont reçu pour mot d’ordre d’incliner chaque écran des ordinateurs présents en exposition d’exactement 70 degrés avant l’ouverture des portes.

La raison ? Après l’esthétique, la volonté d’encourager le consommateur à toucher le produit. Cet angle, certainement trouvé après de longues réunions dans les bureaux d’études de la firme à la pomme, ne permet pas de visualiser correctement l’écran et ce qu’il affiche.

Ainsi, face au superbe MacBook qui se trouve face à lui, n’importe quel badaud sera tenté d’incliner son écran afin de l’adapter à son champ de vision. Bingo ! Il vient de toucher l’ordinateur, il est très probable qu’il veuille le tester, et un bout de la machine est lancé.

Utiliser un angle d’inclinaison n’est sans aucun doute qu’une tactique de vente parmi tant d’autres employées par la firme de Cupertino au sein de ses Apple Store. L’agencement et la pureté de l’ameublement de ces derniers est notamment l’un de leurs gros points forts. Les produits, quels qu’ils soient, y sont tout de suite mis en valeur, si bien qu’on croirait les voir briller.

Il est cependant évident que l’invitation à l’interaction avec le produit, “l’expérience multisensorielle” comme la définit Carmine Gallo (Forbes), constitue le principal atout de ces boutiques. Tout est fait pour que l’utilisateur se sente déjà propriétaire du produit : ordinateurs connectés à Internet, applis pré-installées sur les iPad et iPod… Et bien entendu, ces fameux 70 degrés pour les écrans des MacBook. Pas moins, pas plus.

Catégories
Actualité High Tech Le Web

iPhone 4S : Apple dégage de meilleures marges que Nokia avec son Lumia 900

IHS Supply a comparé les coûts de fabrication des deux smartphones et constaté qu’Apple dépense beaucoup moins que Nokia.

Combien coûte la fabrication d’un iPhone 4S et celle d’un Nokia Lumia 900 ? C’est en répondant à cette question qu’IHS Supply (étude reprise par le Wall Street Journal) a constaté qu’Apple gagne à peu près deux fois plus que Nokia sur la vente de son smartphone, hors frais liés à la fabrication, au marketing et à la distribution.

Les composants d’un iPhone 4S 16 Go coûtent 190 dollars pour un prix de vente au détail de 649 dollars hors abonnement. Un Lumia 900 coute 209 dollars en composants à Nokia qui le vend 450 dollars hors abonnement. Apple ne dépense que 19 dollars de moins que son concurrent finlandais, mais la différence est énorme sur plusieurs millions d’unités.

IHS Supply note cependant que Nokia utilise des composants plus onéreux, notamment l’écran de plus grande taille que celui de l’iPhone et une puce 4G/LTE. Reste qu’Apple est passé maître dans l’art de sécuriser sa chaine d’approvisionnement en achetant de gros volumes qui lui permettent d’obtenir les meilleurs prix et, au final, d’optimiser ses marges de manière beaucoup plus efficace que la concurrence. (Eureka Presse)

Catégories
Actualité High Tech Le Web

Nokia : le projet d’Apple sur la nano-SIM est techniquement inférieur

Le trio Nokia-RIM-Motorola semble ne pas digérer sa défaite dans la lutte pour l’attribution du prochain standard de format de cartes SIM.

Face au trio de constructeurs se dresse Apple et sa solution propriétaire vis-à-vis du format nano-SIM, plus fin que l’actuel micro-SIM présent sur les iPhone 4 et 4S actuels.

Si l’on parle de véritable lutte, c’est certainement parce qu’il n’y a pas si longtemps, Nokia n’excluait l’idée de réaliser un véritable chantage commercial contre ses concurrents :

Le constructeur finlandais menaçait alors de refuser tout accord de licence concernant la technologie nano-SIM si jamais l’ETSI (organisme en charge de la standardisation dans les télécoms) favorisait le projet d’Apple au détriment du sien.

Bien que la vision de Nokia sur la question a quelque peu évoluée (le constructeur se disant prêt à placer ses brevets sous accord FRAND), il n’en reste pas moins que la société souhaite remettre les pendules à l’heure avec son concurrent :

Nokia reste convaincu que la solution choisie (ndlr : par l’ETSI) concernant la nano-SIM est techniquement inférieure dans de nombreux cas, la décision a pourtant été validée. Nokia est en outre convaincu que les micro-SIM existantes (brevet 3FF) continueront à être largement utilisées par les constructeurs et il appartiendra donc au marché de décider si le 4FF (nano-SIM) sera largement adopté ou non.

Attendu que l’ETSI a montré son intérêt quant à la procédure de standardisation de la norme nano-SIM de Nokia, nous avons fait savoir à l’ETSI que Nokia est prêt à rendre disponibles sous accord FRAND les brevets en sa possession.

Catégories
Actualité Le Web

Apple : Tim Cook revient sur Steve Jobs, l’Apple TV, Facebook…

Tim Cook a inauguré la cession des conférences D10, organisées par le site AllThingsD. C’était une première pour le CEO d’Apple, qui s’exprimait ici hors d’un événement Apple ou d’une rencontre avec les actionnaires. Il en a profité pour évoquer tous les sujets touchant à son entreprise, et d’abord sur Steve Jobs.

PÉNIBLES BREVETS

La mort du fondateur d’Apple a été pour Cook le jour « le plus triste de [sa] vie ». Steve Jobs lui a conseillé de prendre des décisions sans trop se soucier de savoir ce qu’il aurait fait à sa place.
Sur un registre moins émotionnel, Tim Cook est revenu sur la guerre des brevets qui fait rage entre les constructeurs du monde entier. Il considère que le système de protection des brevets est « cassé », et que les actuelles poursuites entre les uns et les autres sont réellement pénibles (« a pain in the ass »). Néanmoins, il estime qu’Apple n’a pas vocation à devenir le labo de Recherche et développement de la concurrence.

APPLE TV ET SIRI

Interrogé sur le smart TV, Tim Cook a botté en touche en précisant néanmoins qu’Apple va plus se concentrer sur le marché de la télévision. Quant à l’Apple TV, il s’en est vendu 2,7 millions d’unités depuis le début de l’année : un excellent résultat quand on sait qu’Apple avait écoulé pour 2,8 millions de son petit pavé… sur l’ensemble de l’année 2011.
Siri, l’assistant vocal de l’iPhone 4S, est sous le feu de nombreuses critiques, pointant un intérêt très faible et une reconnaissance vocale parfois limite. Cook assure que des nouveautés apparaîtront dans les prochains mois, précisant que de nombreuses personnes travaillaient sur le sujet.
Apple n’a jamais été très porté sur le réseautage. La tentative Ping, enchâssé dans iTunes, prend la poussière; Tim Cook en a conscience et parle même de « tuer » ce service. En revanche, il faudra s’attendre à une meilleure intégration des services de Facebook, les deux entreprises semblant s’être mises d’accord pour travailler ensemble.
Enfin, le CEO est revenu sur la fameuse politique du secret d’Apple (qui prend l’eau ces derniers temps). Il promet que celle-ci va se voir encore renforcée.

Catégories
Actualité Le Web

iPen : le stylet d’Apple que vous ne verrez probablement jamais

Il y a un an, Aleksandar Pance et Omar Leung déposaient à l’US Patent and Trademark Office un brevet très complet au nom d’Apple, concernant un mystérieux stylet actif devant interagir avec une tablette tactile. Aujourd’hui, le bureau déjà mentionné a rendu public cet « iPen » qui n’a jamais vu le jour, nous permettant de voir un petit peu ce que Apple aurait pu faire s’ils avaient voulu proposer une sorte de Galaxy Note sous iOS.

D’abord, comme la tablette de Samsung, l’iPen n’était pas un simple stylet capacitif. La technologie utilisée était active et doublement active : le hardware à l’intérieur du stylet envoyait des données au hardware de la tablette qui, lui, envoyait des informations à l’OS pour l’affichage, et au stylet en retour. On avait donc un système qui nécessitait des écrans différents de ceux que l’on connaît, très probablement pour gérer au mieux différents points de pression et autres mouvements tactiles précis qui auraient été réalisables avec l’engin

En plus, l’iPen était équipé d’une technologie de retour haptique qui aurait dû vous faire sentir ce que vous faisiez à l’écran, comment vous pressiez la mine, bref, bien plus qu’un bout de plastique. Si l’objet est plutôt alléchant techniquement, du côté du design en revanche, on dirait un gros tampax, du coup, on se doute que le père Ive n’avait pas encore porté ses yeux sur la chose… Mais alors pourquoi Apple n’est jamais allé plus loin ? La raison évoquée par Slashgear semble être la bonne : Cupertino n’aime pas proposer du hardware en deux parties, une principale et une secondaire. Il faut que tout fonctionne sur la première sans avoir besoin de quoi que ce soit d’autre.

On pourrait aussi penser que la firme n’a pas trouvé d’utilité pratique à l’engin et a estimé qu’il faudrait modifier trop en profondeur l’iPad pour concrétiser la chose. Cela dit, maintenant qu’un écran HD équipe la tablette d’Apple, un iPen pourrait être vraiment excellent pour les dessinateurs, surtout qu’une offre logicielle de très grande qualité existe déjà – on pense par exemple au sublime ArtRage. Alors l’iPen, de retour dans la prochaine version ?

Catégories
Actualité High Tech Le Web

Samsung : Les poursuites d’Apple n’ont pas modifié le design du Galaxy S III

Depuis son annonce, le design du Samsung Galaxy S III a été beaucoup décrié car jugé trop quelconque pour un smartphone de ce calibre, et certains y voyaient l’ombre d’Apple et de ses procès qui auraient obligé le géant coréen a changer son design.

Or, le vice-président de Samsung en personne, Chang Dong-hoon, a déclaré que ce n’était du tout le cas, que le design des terminaux Samsung est basé sur des feuilles de route qui s’étalent sur cinq ans, et non des décisions dictées par l’actualité juridique.

Ceci dit, les enjeux sont tellement énormes qu’on a du mal à croire que Samsung n’a pas été influencé un tant soit peu par les procès en cours.