Outsourcing Contact
23Jan
2011

Tablettes tactiles Android : du rêve au cauchemar




l’offre en matière de tablettes, réserves confirmées par la prise en main de quelques exemplaires exposés par d’obscurs constructeurs asiatiques (principalement chinois).

On sait que certains pays peu regardants sur la contrefaçon abritent des fabricants qui se sont fait une spécialité de reproduire ou de copier plus ou moins fidèlement quelques produits stars. C’est connu. Mais, la tendance du moment étant aux tablettes tactiles, quelques fabricants, qui ne sont ni des copieurs ni des contrefacteurs, lancent de bonne foi leur modèle en pensant, pour peu qu’il soit estampillé « Android » qu’ils vont conquérir le monde.

Problème : certaines de ces tablettes sont de véritables merdes, et même low cost, ne valent pas leur prix, car elles sont tout simplement inutilisables. En résumé, il ne suffit pas d’avoir un machin plat, avec un vague design rappelant qui vous savez, des jolies icônes bien alignées et les mots magiques « Android » et « tactile » pour rejoindre le nirvana de la tablette.

Dans un article laconiquement intitulé « My nightmare buying a generic Android tablet« (« Mon cauchemar à l’achat d’une tablette Android générique »), Hal Rappaport rapporte sur Dvice sa mésaventure suite à l’achat d’une tablette sur eBay. Un récit croustillant qui douchera peut-être un peu l’enthousiasme de ceux qui considèrent qu’on ne doit pas mettre plus de 150 euros dans une tablette…

Sur le papier, comme on dit, l’offre est alléchante, avec des caractéristiques acceptables, à savoir un processeur de 600 Mhz, 256 Mo de RAM et 2Go de stockage extensibles à 32 Go grâce à un slot carte mémoire SD, une visionneuse Word Excel PowerPoint (à télécharger, hum…), deux ports USB, WiFi, et un capteur photo de 1,3 Mpx. Bref, pas un foudre de guerre, mais le minimum syndical avec une dotation d’origine qui nous aurait encore fait tripper il y a de cela seulement deux ou trois ans.

Mais c’est le prix surtout qui fait réfléchir, et qui donne envie, forcément : 113.00 dollars (moins de 90 euros).

Quand le brave Hal reçoit son colis, les choses se gâtent un peu : la tablette est incapable de trouver son réseau WiFi, sauf à l’approcher à moins d’un mètre du routeur, ce qui est quand même un peu gênant pour un produit mobile connecté. Une fois que celle-ci a enfin sniffé le hotspot, la batterie prend un sérieux coup de moins bien et se vide à moitié en quelques minutes (alors que 4 heures d’autonomie sont annoncées).

Le reste est à lire sur Dvice (en anglais), mais la conclusion de l’auteur n’est pas très favorable :
Pas de lecteur de document (adieu Word et cie)
Impossibilité de télécharger le fameux lecteur
La vidéo ne fonctionne pas
WiFi execrable
Durée de vie de la batterie avec WiFi activé : 7 minutes (!)
Peut-être que Dvice est tombé sur un modèle défectueux.

Peut-être. Peut-être aussi que le paradis des tablettes ne se situe pas tout à fait du côté du low cost asiatique. J’ai actuellement en prêt pour test une tablette (d’apparence très bien finie au demeurant) sous Android 2.2 d’origine similaire, et le moins que l’on puisse dire, sans que l’expérience soit aussi catastrophique, est que la prise en main est quelque peu laborieuse. Bien que sous Android 2.2, celle-ci ne lit pas le Flash (et je n’ai pour le moment pas eu le courage d’installer manuellement Flash Player car la procédure est une purge pour nerd en phase terminale), et l’Android Market n’est pas installé non plus d’origine. D’autre part l’écran résistif nous ramène aux pires heures du mauvais tactile, sans parler de la réactivité de Vélosolex, des faux-clics et autres trucs un peu énervants. Et je ne parlerai pas de l’ergonomie : un Android mal géré peut s’avérer également catastrophique de ce point de vue.

Bien sûr je n’en resterai pas là et je reviendrai sur cette tablette pour voir si elle est réellement utilisable, et je ne manquerai pas de le dire si c’est le cas, mais le simple fait de l’avoir rangée dans son carton après seulement dix minutes de manipulation et de l’y avoir presque oubliée depuis en dit déjà assez long sur la première impression laissée par l’engin…

Moralité : en matière de tablette aussi, méfiez-vous des imitations.

presse-citron.net


Commentaires

Laisser un commentaire