Outsourcing Contact
7Jan
2011

Ruée des investisseurs sur Facebook


Goldman Sachs a été contrainte de cesser de prendre des ordres pour des parts dans le réseau social, suite à un succès retentissant de l'offre lancée le week-end dernier, rapporte le Wall Street Journal, qui précise que Facebook a dégagé un bénéfice net de 200 millions de dollar en 2009.

Facebook a décidément beaucoup d'amis. Goldman Sachs ne sait plus comment tempérer l'enthousiasme de ses clients pour le réseau social, malgré le peu d‘informations financières disponibles sur la société, explique le Wall Street Journal.

La banque d'affaires a été contrainte de cesser de prendre des ordres pour des parts dans le réseau social au demi-milliard d'abonnés et de réduire le montant des commandes de certains investisseurs. De fait, Goldman Sachs qui a récemment injecté 450 millions de dollars dans Facebook - auxquels s'ajoute 50 millions de la firme d'investissement russe Digital Sky Technologies - a ensuite revendu des parts dans Facebook à des clients choisis, sous forme de titres non cotés, indique le quotidien américain. Mais l'offre a eu tellement de succès que la banque d'affaires va arrêter de solliciter de nouveaux investisseurs (riches clients privés, entreprises, fonds spéculatifs et sociétés d'investissement), après avoir reçu des demandes d'achats représentant plusieurs milliards de dollars.

La transaction avec Goldman Sachs valorise Facebook près de 50 milliards de dollars, plus que des entreprises phares américaines comme Boeing, Time Warner et Yahoo!. La transaction a en outre révélé la capacité de ces entreprises vedettes de l'internet à trouver des liquidités hors de la sphère du marché boursier.

Toujours selon les informations du Wall Street Journal, en 2009, Facebook aurait dégagé un bénéfice net de 200 millions de dollars pour un chiffre d'affaires de 700 millions. Les chiffres pour 2010 n'ont pas été fournis par les sources du journal américain, mais selon des analystes, le chiffre d'affaires de la société pourrait atteindre 2 milliards de dollars sur l'année qui vient de s'écouler. En conservant le même rapport bénéfice net/chiffre d'affaires, le profit de Facebook pourrait être de 570 millions de dollars en 2010.

Facebook réticent à entrer en Bourse
Facebook se montre en effet réticent à s'introduire sur le marché boursier, où il serait soumis à des règles comptables bien plus strictes que les entreprises non cotées. «Le principal attrait d'être coté en Bourse est d'avoir plus facilement un marché de cotation pour vos actions, mais s'il y a un marché parallèle qui fournit autant de liquidités, alors les entreprises n'ont plus intérêt à être cotées», remarque Adam Pritchard, professeur à l'Université de Droit du Michigan.

Mais, suite à l'investissement de Goldman Sachs dans Facebook, le régulateur américain a déclenché une enquéte. Adam Pritchard avertit que l'enquête de la SEC pourrait se traduire par des «mesures pour forcer Facebook à s'enregistrer comme entreprise cotée». Reste à savoir combien de temps Facebook pourra encore résister.


Commentaires

Laisser un commentaire