Outsourcing Contact
30Oct
2011

Panne du BlackBerry : des utilisateurs exigent réparation


Deux recours ont été déposés, aux États-Unis et au Canada. Research In Motion est accusé de négligence.

Les applications offertes et les excuses en vidéo du co-président de l'entreprise n'ont pas étouffé la colère des utilisateurs du BlackBerry. Mercredi, deux plaintes ont été déposées contre Research In Motion par des consommateurs américains et canadiens du smartphone, dont la messagerie et l'accès à Internet ont été perturbés par une panne mondiale durant près de quatre jours, mi-octobre.

L'action américaine en nom collectif, portée par un résident californien, a été déposée mercredi devant une cour fédérale à Santa Ana, en Californie. Research In Motion est accusé de rupture de contrat, de négligence et d'enrichissement sans cause. La plainte, déposée au nom de 2,4 millions d'utilisateurs de BlackBerry dans cet État, exige un dédommagement financier.

L'autre plainte, déposée devant la Cour supérieur du Québec, sur les terres de RIM, émane du «Groupe du droit des consommateurs», un cabinet spécialisé dans les recours collectifs. Elle demande à RIM de «prendre des mesures pour compenser directement ou indirectement les utilisateurs de BlackBerry», et en «s'arrangeant» pour que les opérateurs remboursent leurs clients.

Une chute de l'action en Bourse
À la suite de la coupure massive de ses services intervenue entre le 11et le 14 octobre, le groupe de Waterloo, en Ontario, avait décidé d'offrir à ses clients pour 100 dollars d'applications gratuites en dédommagement, ainsi qu'un mois gratuit de maintenance technique pour les entreprises. «Nous nous engageons à assurer un haut niveau de fiabilité, aujourd'hui et dans l'avenir», avait assuré l'un des deux patrons de RIM, Mike Lazaridis.

Ces deux recours collectifs contre Research In Motion ont été déposés alors que l'entreprise traverse cette semaine une nouvelle crise de confiance, boursière cette fois. Mercredi, le cours de son action a dévissé de 7,48%, après l'annonce du report jusqu'au mois de février de la deuxième génération du PlayBook. Cette tablette, qui devait concurrencer l'iPad, a jusqu'alors engrangé des résultats très décevants. Depuis 2011, le titre de Research In Motion a perdu près des deux tiers de sa valeur.


Commentaires

Laisser un commentaire