Outsourcing Contact
25Mar
2011

Le ministère de l’intérieur tunisien va traquer les perturbateurs sur Facebook


Dans la continuité de ce qui s’est passé, les semaines qui ont suivi le 14 Janvier 2011, la délinquance semble avoir retrouvé un deuxième souffle sur la toile. Nous vous avons déjà parlé, dans un article précédent, de groupes facebook qui annonçaient sans aucun scrupule (peut être même avec fierté) qu’ils avaient en leur possession des vidéos personnelles appartenant aux familles Trabelsi et Ben Ali. Ces vidéos ont été obtenues vraisemblablement aux domiciles même de l’ancienne famille régnante et sans doute de façon contraire à la loi.

Aujourd’hui, cette délinquance a pris une forme plus radicale. En effet, certains se sont mis à lancer sur facebook, de façon odieuse, des appels à la haine et à la violence. En réaction à ces faits passibles de poursuites judicaires, le ministère de l’intérieur tunisien s’est engagé dans un communique à identifier et traquer ces perturbateurs.

En effet, le ministère de l’intérieur met en garde contre le danger que représente l'utilisation du réseau social « Facebook » par certaines personnes qui se cachent derrière des pseudonymes pour proférer des menaces, inciter à la violence et aux troubles et à l'atteinte aux personnes et aux biens.

Selon un communiqué rendu public, jeudi, « les appels aux sit-in à la place de la Kasbah et à d'autres places de la capitale n'ont pour motivation que de semer la zizanie, inciter à la violence, déstabiliser le pays et porter atteinte à l'ordre public.

Ces appels, ajoute le communiqué, visent à entraver le bon fonctionnement des services publics et à violer les droits des citoyens à exercer une activité économique et commerciale.

« Le ministère s'engage à mettre tout en œuvre pour identifier ces perturbateurs et leurs complices et les traduire devant la justice, conformément à la Loi », précise la même source.


Commentaires

Laisser un commentaire