Outsourcing Contact
2Fév
2011

Google piège Microsoft et l’accuse de plagiat


Microsoft a appliqué la même correction orthographique que Google dans ses résultats.
Preuves à l'appui, Google accuse le moteur de recherche de Microsoft, Bing, de livrer une «pale copie» de ses propres résultats.

Google règle ses comptes en public avec Microsoft. Dans un billet de blog publié dans la nuit, le numéro un de la recherche sur Internet accuse son concurrent de copier les résultats qu'il offre aux internautes sur le site Bing. «Certains résultats chez Bing ressemblent de plus en plus à une version incomplète, éculée de ceux offerts par Google - une imitation à bas prix», affirme l'un des ingénieurs de la division de la recherche sur internet, Amit Singhal.

L'histoire tient du roman d'espionnage. Elle débute à l'été dernier, explique Google, lorsque ses ingénieurs constatent qu'une recherche donne le même premier résultat sur un mot mal orthographié : «torsorophy» au lieu de «tarsorrhaphy» (tarsorraphie, une opération de chirurgie ophtalmique). «Bing a commencé à offrir notre premier résultat de recherche sans préciser la correction orthographique [...] C'était très étrange», écrit Amit Singhal.

Un véritable guet-apens est alors monté par les équipes de Google, qui associent volontairement une centaine de mots-clés dénués de tout sens («hiybbprqag», «delhipublicschool40 chdjob» ou «juegosdeben1ogrande») avec des pages Internet ne comprenant aucun de ces mots. Normalement, les autres moteurs de recherche, dont Bing, n'auraient jamais dû proposer de résultats pour ces mots-clés inventés. Mais au bout de quelques temps, Bing s'est mis à afficher exactement les mêmes que ceux de Google.

Microsoft observe les utilisateurs d'Internet Explorer
Pourquoi ? Google avance une explication. Pour attirer Microsoft dans son piège, il a confié à vingt de ses ingénieurs des ordinateurs portables sous Windows équipés d'Internet Explorer, et leur a donné pour mission d'entrer dans Google les mots-clés inventés et de cliquer sur les résultats truqués. Selon Amit Singhal, la similarité des résultats prouve que Microsoft observe la navigation des utilisateurs d'Internet Explorer sur Google pour copier son classement dans Bing. «Nous souhaitons que cette pratique cesse», lance-t-il.

Pris à partie publiquement, Microsoft a reconnu utiliser des informations recueillies grâce à Internet Explorer, avec le consentement de ses utilisateurs. Ce qu'il n'avait du reste jamais caché, rappelle Business Insider. Mais d'après un responsable de Bing, Harry Shum, ces données ne représenteraient qu'une «faible part» des informations qu'il prend en compte pour établir son classement. «Nous utilisons plus de 1000 signaux et caractéristiques différents dans notre algorithme», affirme ce cadre de Microsoft.


Commentaires

Laisser un commentaire