Catégories
Le Web Social Media

Facebook forcé d’accepter un pacte sur la confidentialité

Le gouvernement américain demande au site de mettre en place une série de mesures pour protéger la vie privée de ses membres et de se soumettre à des audits durant vingt ans.

Facebook fait le dos rond face aux autorités américaines. Selon les informations du Wall Street Journal, le réseau social est sur le point de conclure un accord avec la Commission fédérale du commerce, la FTC, pour encadrer ses pratiques en matière de confidentialité. Au terme de cet accord, Facebook s’engagera à ne plus opérer le moindre «changement rétroactif» sur les réglages de confidentialité de ses membres, sans avoir reçu leur autorisation. En clair, il ne pourra plus modifier unilatéralement l’audience de messages et de statuts.

L’accord, qui doit encore être approuvé dans les prochaines semaines par une commission de la FTC, soldera une action débutée après l’introduction de nouveaux réglages de confidentialité en décembre 2009. À l’époque, le fondateur du réseau social, Mark Zuckerberg, avait expliqué qu’il souhaitait mettre en œuvre «un modèle plus simple de contrôle de la vie privée». Les nouveaux réglages incitaient les membres à autoriser la consultation de leur mur à l’ensemble des internautes, au lieu de leurs seuls amis. Plusieurs associations de défense de la vie privée s’étaient opposées à ces changements.

Un audit sur la confidentialité durant vingt ans
D’après le Wall Street Journal, l’accord en négociation avec la FTC ne portera pas sur toutes les modifications du site. L’introduction récente du «télex», qui présente sur la droite l’activité de ses amis en temps réel, ne tomberait donc pas sous le coup de ces nouvelles règles, puisqu’il ne s’est pas accompagné de changement dans les réglages de confidentialité. De plus, Facebook pourra toujours trouver les moyens d’encourager à partager davantage de contenus. «L’ère de la vie privée sur Internet est aujourd’hui terminée», avait dit Mark Zuckerberg en 2010, dans une de ses plus fameuses déclarations.

Pour éviter les mauvaises surprises, la FTC veut toutefois contraindre Facebook à se plier pendant vingt ans à des audits réguliers et indépendants sur la question de la confidentialité. Le réseau social souhaitait que ce contrôle ne s’applique que pendant cinq ans. Une pratique déjà appliquée sur d’autres géants du Net. Au mois de mars, Google a consenti à se soumettre à un examen de sa politique de confidentialité, là aussi durant vingt ans. Twitter devra de son côté répondre à des audits sur sa sécurité tous les dix ans, après les cas de piratage ayant notamment frappé le compte de Barack Obama.

Le Wall Street Journal remarque que cette collaboration de Facebook avec la FTC survient alors que les rumeurs d’une prochaine introduction en Bourse de la société, valorisée plus de 100 milliards de dollars, redoublent d’intensité. Ces derniers mois, Facebook avait déjà tenté de rentrer dans le rang, en modifiant à plusieurs reprises ses réglages de confidentialité pour donner plus de contrôle à ses membres sur leurs publications, sans déclencher de polémique. «Il est de plus en plus important de donner ces contrôles aux gens et d’être très clair là-dessus», avait fait valoir Mark Zuckerberg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *