Catégories
Le Web Social Media

Facebook serait en train de préparer un concurrent pour Snapchat

facebook-serait-en-train-de-preparer-un-concurrent-pour-snapchat

Slingshot, le nouveau projet de Facebook, serait supervisé par Mark Zuckerberg en personne.

Il y a quelques mois, nous évoquions le refus que Facebook aurait essuyé en tentant de racheter Snapchat pour la petite bagatelle de 3 milliards de dollars. Le numéro un des réseaux sociaux n’a pas lâché l’affaire, mais se tournerait vers une solution maison et serait en train de développer une nouvelle application qui sera destinée à rivaliser avec celle qu’il a autrefois convoité. C’est ce qu’indique le Financial Times, qui cite des sources internes.

Facebook aurait travaillé depuis des mois sur cette nouvelle application, connue au sein de l’entreprise sous le nom Slingshot. Si Facebook n’est pas encore certain de concrétiser, une source aurait révélé que le produit pourrait également sortir dès ce mois de mai.

Comme Facebook nous l’a bien fait comprendre, sa stratégie consiste maintenant à séparer ses services dans des applications distinctes, plutôt que de tout regrouper autour d’une application mère (Facebook). Ainsi, si Slingshot sera lancé, il se distinguera probablement de l’application Messenger. Rappelons qu’en plus de Messenger, le numéro un des réseaux sociaux a également mis la main sur la célèbre application de chat WhatsApp.

D’après l’article du Financial Time, l’interface de cette nouvelle application serait simple et réactive. Celle-ci permettrait aux utilisateurs de s’échanger de courts messages vidéos en quelques gestes. Le média économique pense que Slingshot aura une approche similaire à celle de l’application TapTalk, sur laquelle l’utilisateur fait un appui sur l’icône d’un contact pour lui envoyer un message vidéo ou une photo, qui est éphémère, bien évidement.

En lançant cette nouvelle application, Facebook espère peut-être récupérer une partie du public qui a déserté ses « messages privés », au profit d’applications comme Snapchat. Et le timing pourrait être parfait. En effet, si Snapchat fait partie des applications les plus populaires chez les groupes d’adolescents, l’appli a connu une existence assez tumultueuse depuis le début de l’année.

Dès le mois de janvier, des hackers ont mis en évidence une faille de sécurité qui aurait permis de récupérer les identités de millions d’utilisateurs sur une base de données. Puis, plus récemment, Snapchat s’est fait épingler par la Federal Trade Commission (Etats-Unis) car les messages ne seraient finalement pas si éphémères que cela.

Catégories
Actualité Economie Finance Social Media

Votre E-réputation !

e-reputation

L’e-réputation est un terme émergent désignant la réputation d’une personne ou d’une marque, produit, site sur internet. En effet tout ce qui se dit sur les réseaux sociaux, blogs, forums a un impact sur la e-réputation.

Aujourd’hui, Plus de 60% des internautes vérifient la réputation d’une entreprise et de ses produits avant d’acheter et l’avis ou l’opinion d’une personne à plus de poids qu’une publicité.
De ce fait, une réputation numérique préjudiciable risque d’impactée sur la crédibilité,  les partenariats, les chiffres d’affaires d’une entreprise…etc.

Réussissez votre image sur internet
Pour bien maîtriser le phénomène de l’e-réputation et pallier ce problème, il ya certaines méthodes et techniques à adopter.
Tout d’abord, il est important de développer sa visibilité en restant connecter sur des sites spécialisés de votre secteur d’activité, tenir une communication et un discours cohérent sur l’ensemble du web…etc.

Le référencement naturel (SEO) ou commercial (SEM) du site d’une entreprise participe efficacement à la visibilité du site. Il en va de même pour les stratégies de netlinking qui permettent également de travailler votre réputation numérique, il s’agit d’une présence accrue sur Internet (création de contenus) et un solide référencement dans les moteurs de recherche afin d’augmenter votre part de voix dans les pages de résultats.

  • Les annuaires : excellents sur des mini sites d’appui, qui permettent de recueillir du trafic et renforcer votre présence.
  • Les sites « CP » : Utiles pour contextualiser vos liens.
  • L’échange de lien
  • Création de profils sur des réseaux sociaux ou forums : Il convient donc de développer une stratégie de veille et de présence sur Internet pour ne pas rester spectateur des échanges ou des prises de position envers votre marque ou vos produits.
  • Optimisation de votre présence dans les réseaux sociaux (SMO).
  • Création et publication de contenu maitrisé.

Occuper l’espace dans les résultats de recherche d’un moteur est la meilleure stratégie pour limiter fortement une présence potentiellement négative dans les résultats de Google.

En effet, la mise en œuvre de ces différents outils, cités ci-dessus, permettra quasiment d’occuper toute la première page sur le nom de l’entreprise. Il convient donc de définir une stratégie d’e-réputation dans une logique 360°.

Catégories
High Tech Le Web Social Media

Comment Facebook personnalise votre flux d’actualités

Depuis quelques semaines, et notamment depuis l’introduction des « Promoted posts », une nouvelle option payante qui permet à une marque de toucher plus de monde selon le montant investi, l’algorithme de Facebook qui organise la façon dont vous voyez les news dans votre flux semble avoir subi quelques modifications.

Si l’on en croit certains observateurs, le « reach », à savoir le nombre potentiel de personnes qui voient un post dans leur flux, baisse de façon continue depuis plusieurs semaines. Selon d’autres, non. Devant le mécontentement qui semble s’amplifier du côté des marques, qui soupçonnent Facebook de brider les posts gratuits au profit des payants, sans tenir compte de leur intérêt, Facebook a organisé vendredi dernier un petit point presse pour expliquer – et éventuellement défendre – sa position.

Selon Will Cathcart, chef de produit pour la partie « flux » de Facebook et porte-parole pour l’occasion, si l’EdgeRank, l’algorithme qui calcule la façon dont les posts sont affichés dans les flux d’actualité, a bien été modifié récemment, il n’a en rien changé le reach. Pour étayer ses propos, Cathcart a levé partiellement le voile sur les nouveaux critères de ce fameux EdgeRank. Parmi eux, les quatre les plus importants, ceux qui font que vous voyez ou pas un post passer dans votre flux d’actualités seraient :

est-ce que vous avez déjà interagi auparavant avec les publications de la page à l’origine du post ?
est-ce que vos amis ont interagi avec cette page, et liké ce nouveau post ?
comment avez-vous interagi avec des posts similaires dans le passé (reste à définir ce qu’est un post similaire…)
est-ce que d’autres se sont plaints de ce nouveau post ?
De cette façon, Facebook entend mettre en avant les posts les plus intéressants pour un utilisateur et par conséquent pénaliser ceux qui le sont moins, en dehors de toute notion de post pour lequel une marque aurait payé via l’option Promoted posts. Ce qui explique que certains posts, même payants, n’atteignent pas forcément autant de monde que souhaité : si vous envoyez un gros spam bien lourdingue et collant en payant un maximum pour qu’il touche le plus de monde possible, vous risquez d’en être pour vos frais.

Payer pour voir ?
C’est probablement une intention louable de la part de Facebook, qui entend ainsi éviter à ses utilisateurs de se voir bombardés de publications sans intérêt, mais cela pose question du point de vue de la marque ou de l’entreprise aui aura payé pour se faire mieux voir, car les critères restent quand même assez flous : à quoi bon payer si l’on n’est de toute façon pas certain d’atteindre autant de monde qu’on le souhaite ?

Source de l’image : We are Social

Pour Will Cathcart, chaque utilisateur doit recevoir une information personnalisée et différente, de sorte qu’idéalement il n’y ait pas deux flux identiques. Ce qui suppose même que le même membre de Facebook ne recevra pas la même actualité selon qu’il y accède via son PC ou son mobile (pour le moment je n’ai pas constaté cela).

Bien sûr Facebook ne dévoile que ce qu’il veut bien dévoiler, et on imagine bien que son algo est un peu plus sophistiqué que cela, mais le point presse met au jour une difficulté inhérente au réseau social : satisfaire à la fois les utilisateurs et les marques. Alors que parfois leurs intérêts divergent. Joli numéro d’équilibriste.

Il y a un algo pour ça.

Catégories
Actualité Le Web Social Media

Le plugin Facebook pour WordPress vise à rendre les blogs plus sociaux

Lancé le 21 avril 2010, le bouton « j’aime » de Facebook est présent sur de nombreux blogs. Il y a tout juste un an, Facebook précisait que 2.5 millions de sites l’avaient intégré. La sortie d’un plugin WordPress facilitant l’intégration des fonctionnalités du site de réseautage dans les blogs va encore accroître cette tendance forte et alimenter le Social Graph de Facebook à vitesse grand V.

L’Open Graph Protocol permet bien de proposer les mêmes fonctionnalités que le site Facebook sur n’importe quelle page web. Toutefois, jusqu’à présent, la seule insertion du bouton « J’aime » nécessitait que l’administrateur du blog configure et insert un bout de code.

Le nouveau plugin de WordPress s’affranchit de tout code et permet « de rendre votre site social en quelques clics. »

Pour ce faire, il suffit de télécharger le plugin idoine de WordPress via le répertoire plugin de WordPress.org et de le mettre dans le répertoire /wp-content/plugins sur le serveur qui héberge votre blog. Après l’avoir activé, il faut effectuer un paramétrage en suivant les instructions. Et le tour est joué.

Des fonctionnalités paramétrables à la volée via Facebook
De nombreuses interactions entre votre blog et Facebook deviennent maintenant très simples. Vous pouvez notamment choisir de mentionner automatiquement les posts effectués sur votre blog WP à vos amis Facebook et sur certaines pages Facebook. Le post avec un message que vous aurez préalablement écrit apparaîtra alors automatiquement sur la timeline des amis mentionnés, celle du blog et celle de l’auteur. Des plugins « sociaux » peuvent également être rapidement paramétrés :

  • boutons J’aime, Send et Subscribe intégrés par un simple clic et complètement personnalisables
  • les commentaires avec support SEO
  • la barre de recommandations; elle permet d’avoir des suggestions de lecture basées sur ce que vos amis FB lisent et ce qui est populaire parmi ceux-ci. Vous pouvez ou non vous-même choisir d’activer le partage de votre « activité », à savoir d’indiquer à vos amis FB les articles que vous avez lu.
  • Le partage automatique du post WP d’un auteur sur sa timeline FB se fait également très facilement avec ce nouveau plugin.

Des fonctionnalités disponibles sous forme de Widgets WordPress
Le plugin WP intègre par ailleurs des widgets qu’il est possible d’installer par un simple glisser déposer. Le widget Activity Feed Box indique aux utilisateurs de Facebook l’activité récente que leurs amis ont sur votre site. La Recommandations Box donne des recommandations de pages via votre site. Enfin, des Widgets sont disponibles pour les boutons Like, Send et Subscribe.

Enfin, on notera qu’il est désormais possible d’intégrer plus facilement l’Open Graph Protocol. L’intégration des pages web dans le Social Graph de l’écosystème Facebook va ainsi s’accroître. On imagine aisément que Facebook pourra rapidement acquérir matière pour alimenter son propre moteur de recherche (intégré d’office dans le navigateur Opera par exemple) à partir des interactions au sein du Social Graph. D’autant plus que les blogs WordPress représentent 16.6% de tous les blogs et 600 millions de visiteurs uniques chaque mois. Désormais « allié » à Apple, Facebook risque bien de devenir le véritable concurrent de Google.

Pour bénéficier de la version 1.0 de ce plugin, il faut disposer d’une version WordPress 3.1.1 au minimum (et jusqu’à 3.4). Le plugin fonctionnera aussi sur mobile précise Facebook.

Catégories
Actualité Social Media Télécommunications

Twitter : les pages dédiées aux hashtags sont pour les événements, pas les marques

À l’occasion de la course de Nascar qui se déroulait il y a quelques jours à Pocono, les téléspectateurs étaient invités à se rendre sur la page http://twitter.com/#nascar ou rechercher le hashtag #NASCAR pour suivre la course et ses coulisses tout en étant confortablement installé dans son canapé.

On apprend aujourd’hui que ce projet était avant tout un partenariat entre Twitter et la Nascar, et que cette dernière n’avait pas la main sur le contenu éditorial de cette page. Ce qui signifie que ces pages sont dédiées aux événements, pas aux marques.

Twitter explique que l’objectif de cette page est de proposer une véritable expérience pendant la course et non de promouvoir la marque Nascar comme on aurait pu le croire.

Je reste convaincu que ces pages dédiées aux hashtags peuvent se révéler très efficaces pour suivre notamment les événements sportifs qui génèrent beaucoup de tweets dans un laps de temps très court. Cet été avec le championnat d’Europe des nations, les Jeux olympiques ou le Tour de France, il y aura de quoi faire question événements sportifs.

Catégories
Actualité Le Web Social Media

Comparaison Facebook-Twitter-Google+-Linkedin-Pinterest [infographie]

Voici une vue d’ensemble des principaux réseaux sociaux majeurs avec comme statistiques le nombre d’utilisateurs, le nombre de visiteurs mensuels, le ratio hommes-femmes et la répartition par âge, le temps moyen passé chaque mois sur le site, et la valeur de chaque utilisateur.

En nombre d’utilisateurs :

1. Facebook 901 millions
2. Twitter 555 millions (y compris les comptes bidons)
3. Google + 170 millions
4. Linkedin 150 millions
5. Pinterest 12 millions

En nombre de visiteurs :

Premier Facebook avec 7 milliards par mois. Loin derrière, Twitter n’en a “que” 182 millions.

Par genre :

Google+ est le réseau social le plus masculin avec 63% d’hommes.
Pinterest est le plus féminin avec 68% de femmes.

Temps moyen sur site :

Facebook et Pinterest remportent haut la main la bataille avec 405 minutes par mois et par utilisateur. Google Plus est bon dernier avec… 3 minutes.

Réseau social le plus jeune/le plus vieux :

Pinterest est fréquenté par 36% de 45 ans+. A l’opposé de Facebook et Google + qui comptent les plus grandes proportions parmi les jeunes utilisateurs : 63% de 13-34 ans pour Facebook et 67% pour Google +.

Utilisateurs les plus rentables :

C’est chez Facebook qu’on les retrouve : 118 dollars par membre (une valeur qui va sûrement fondre avec la déconfiture actuelle du titre FB en bourse).