Outsourcing Contact
21Mar
2011

Adobe propose un convertisseur de Flash en HTML5 : La défaite de Flash ?


Comme Microsoft avec Internet Explorer 6, Adobe va-t-il tuer sa propre création, choyée depuis des années, le format Flash ? C’est en tout cas ce que laisse penser sa dernière initiative, dévoilée hier.
Nommé Wallaby, cet utilitaire permet de convertir les fichiers Flash (format .FLA) en HTML5. Rien que ça.

Cette annonce, faite dans une relative discrétion, sonne comme une sorte de réponse – quoique un peu tardive – au refus de Steve Jobs d’intégrer la technologie Flash dans l’iPhone et l’iPad, et un peu comme un acte d’allégeance à ceux qui honnissent Flash et pour qui HTML5 est la seule option valable. Peut-être l’amorce d’un tournant historique pour le web.

Concrètement, pour ceux qui n’ont pas grand chose à faire de ces considérations de geeks et qui veulent juste accéder à l’intégralité d’un web qui fonctionne sur tous les terminaux, rappelons que le format Flash est supporté par 98% des ordinateurs dans le monde, et permet de lire des vidéos, des animations, des jeux et bien d’autres types de sites, comme également les applications e-commerce riches. Un format dit « propriétaire » et « fermé » car il appartient à une entreprise privée et que le code source des applications développées avec n’est pas visible ni accessible. On reproche aussi à Flash de consommer beaucoup de ressources processeur, de faire chauffer les PC et de vider rapidement les batteries des mobiles. Ce qui est à moitié vrai et dépend surtout des applications.

Un web multimédia sans Flash, bientôt une réalité ?
En bref, quand on surfe on fait du Flash toute la journée sans le savoir. Les nouveaux standards du HTML5 en cours de définition devraient à terme permettre de se passer de Flash avec tous les avantages que cela suppose : plus besoin d’un plugin pour faire tourner les animations, et surtout une compatibilité totale avec tous les navigateurs web modernes sur tous les terminaux, que ce soit sur PC, mobile ou tablette. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui : un site comme Deezer par exemple est inaccessible sur iPad et ne fonctionne pas non plus sur les smartphones autres qu’Android (à partir de la version 2.2). Ce qui induit un paradoxe un peu absurde : tous les sites web dont le fonctionnement requiert Flash sur PC sont contraints de proposer une application spécifique pour mobile, ce qui ne va pas vraiment dans le sens d’un standard unique  de type webapp et de l’interopérabilité prônée par les… anti-Flash. Les mauvaises langues prétendent d’ailleurs que s’il y a autant d’applications sur l’App Store d’Apple c’est en grande partie parce-que l’iPhone et l’iPad ne sont pas compatibles avec Flash, ce qui serait une façon pour Steve Jobs de protéger son écosystème.

Adobe a donc publié une première version de Wallaby, pour le moment expérimentale et destinée aux développeurs.

Ses fonctionnalités sont pour le moment assez limitées, mais Adobeva travailler à améliorer et compléter le logiciel. Wallaby n’exporte pour le moment que les éléments d’un projet Flash et utilise du HTML et du CSS ainsi qu’une librairie JavaScript pour le rendu. Le langage de programmation interne à Flash, ActionScript, n’est pour le moment pas supporté.

 


Commentaires

Laisser un commentaire