Catégories
Economie Finance Emploi & Etudes

10 compétences indispensables pour travailler demain

competences-indispensables-pour-travailler-demain

« Comment faisait-on sans Internet ? », s’interroge-t-on parfois au bureau. En effet, rares sont les métiers aujourd’hui où l’on n’utilise pas de près ou de loin le Web. Le progrès technologique a toujours amené des changements profonds dans toutes les professions et a nécessité de nombreuses adaptations chez les travailleurs quelle que soit leur discipline. Et ce n’est pas terminé. Loin de là.

Comment se dessinera le monde du travail de demain ? Surtout, quelles seront les compétences nécessaires pour y trouver sa place ?

Apprendre le code informatique
« Chaque étudiant devrait pouvoir apprendre à programmer » affirme sur son site l’association américaine Code.org qui estime que l’informatique offrira d’ici à 2020 un million d’emplois de plus que l’enseignement supérieur ne formera de diplômés.
L’apprentissage du code est défendu dans une vidéo promotionnelle par des entrepreneurs de renom et autres stars telles que Bill Clinton, Mark Zuckerberg ou encore le basketteur de Miami Chris Bosh.
La maîtrise des langages Web HTML et PHP ou encore Python et Ruby figure déjà parmi les savoir-faire les plus recherchés dans le monde du travail, un phénomène qui ne fera que de s’accentuer.

Savoir explorer le Net
Il n’y a rien de particulièrement compliqué à utiliser Google pour rechercher une information ou un service sur Internet. Du moins en apparence.
Il est plus délicat de dénicher les sites, les études ou les rapports qui sont mal référencés.
« Il devient désormais nécessaire de bien s’orienter sur Internet, nous confie Peter Norvig, directeur de recherche à Google. Il faut donc savoir comment chercher ce que l’on veut et connaître les meilleurs moyens de trouver la meilleure réponse possible à notre requête. Par ailleurs, il faut savoir analyser ce que l’on a trouvé : est-ce crédible ou non ? »

Adapter sa pensée pour apporter des solutions nouvelles
Alors que les machines intelligentes se multiplient et domineront notre quotidien au travail, il devient de plus en plus impératif de s’en démarquer.
Le professeur du MIT David Autor, qui étudie la polarisation des emplois aux Etats-Unis estime qu’ils seront soit très qualifiés, aux tâches abstraites, soit peu qualifiés, aux tâches manuelles. Mieux vaut donc se préparer à entrer dans la première catégorie.
« L’écriture d’un argument juridique convaincant ou la création d’un nouveau plat à partir d’ingrédients définis exige réflexion nouvelle et adaptabilité, stipule un rapport de l’Institut pour le Futur (IFTF).
Ces compétences seront primordiales dans la prochaine décennie, particulièrement avec l’automatisation et la délocalisation croissantes ».

adapter-sa-pensee-pour-apporter-des-solutions-nouvelles

Travailler dans différents milieux culturels
Les entreprises considèrent la diversité comme une composante de base de leur organisation ainsi qu’un moteur d’innovation incontournable.
En fonction de l’âge, les compétences, les disciplines, les cultures ou de langues et de travailler, la multitude des points de vue amène le progrès autant que l’intelligence individuelle.
Selon une étude de l’université du Michigan, les groupes présentant un large éventail de perspectives et de niveaux de compétences surpassent ceux dont les membres partagent les mêmes idées.Dans le monde du travail de demain, totalement interconnecté, l’employé devra s’adapter à ses collègues d’horizons variés ainsi qu’aux différents milieux géographiques où il se trouve.

Penser « informatique »
La quantité de chiffres et de statistiques à notre disposition croît de manière exponentielle, notamment grâce à Internet. Il devient donc nécessaire de rendre intelligible une masse de données presque infinie et de savoir les modéliser.
L’exploration et l’analyse de statistiques, que l’on retrouve dans le data mining, et le raisonnement quantitatif constitueront des compétences prisées de demain.
Selon le rapport d’IFTF, les ressources humaines se tourneront de plus en plus vers les profils affichant ces aptitudes délaissant ainsi ceux qui n’affichent qu’une simple maitrise de programmes basiques.

Interpréter et s’exprimer avec les nouveaux médias
Terminé PowerPoint, la présentation du futur sera immersive et visuellement engageante, prédit l’IFTF. L’employé de demain maîtrisera des outils vidéo simples pour communiquer de façon efficace.
Une présentation se décrira avec le vocabulaire audiovisuel.
Rappelons qu’avant Word, les notions de police et de mise en page étaient réservés aux typographes et graphistes. Le travailleur de demain devra donc maîtriser des outils comme les réseaux sociaux, les blogs et les médias qui n’existent pas encore, pour retenir l’attention de publics différents : patrons, collègues, clients…

Développer la transdisciplinarité
La formation tout le long de la vie professionnelle est plus que jamais nécessaire. Car, à l’avenir, être spécialisé dans une seule discipline ne suffira pas, aussi érudit que l’on soit dans son domaine.
A l’instar des nanotechnologies qui combinent plusieurs disciplines dont la biologie moléculaire et la biochimie (pour ne citer que celles-là), il sera utile d’avoir des connaissances approfondies dans plusieurs branches.
Le rapport de l’IFTF stipule que le travailleur de demain « aura la forme d’un T », c’est-à-dire qu’il sera spécialiste d’une discipline et expert des autres.

Gérer la masse d’informations
La prochaine génération sera confrontée à une pléthore de supports, de formats et d’informations. Le risque de saturation est évident.
D’où la nécessité de filtrer les informations que l’on reçoit, distinguer celles qui ont le plus d’importance et les hiérarchiser.
Parallèlement, il faut également savoir se faire entendre dans ce brouhaha informatique et technologique, non seulement au sein de son entreprise mais aussi à l’extérieur. La qualité ne sera pas forcément suffisante. Développer un esprit stratégique s’impose.

Collaborer virtuellement
Les nouveaux outils technologiques rendent désormais plus facile la possibilité de travailler à distance les uns des autres. Une tendance qui va s’accentuer dans les années à venir.
Travailler et surtout interagir dans un monde virtuel deviendront alors primordial.
Pour diriger et motiver une équipe dans ce contexte, il faudra avant tout maîtriser les nouvelles technologies de la communication mais aussi… les rudiments du jeu vidéo. En effet, certains aspects tels que le feedback immédiat, les challenges bien définis et progressifs propres à l’univers du gaming favorisent la participation et la motivation.

Concevoir son espace de travail
L’espace de travail, par exemple le bureau (le meuble ou la salle), joue un rôle important sur nos facultés cognitives.
A chaque activité, l’environnement qui nous entoure influe sur nous pour éventuellement modifier le résultat même de la tâche effectuée.
Les travailleurs du futur devront reconnaître les besoins que les différentes tâches nécessitent et ainsi faire des ajustements à leur espace de travail.
Il ne s’agit pas de placer son bureau en face de la fenêtre pour telle activité et allumer sa lampe pour telle autre. Ce seront les capteurs sensoriels, outils de communication ou programmes informatiques du futur, qu’il faudra adapter en fonction de l’occupation du moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *